Ahouenvoebla décrédibilisé ?

BUREAU FBF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cent mille francs CFA par joueur, voilà la prime qu’ont reçue les ambassadeurs béninois actuellement en compétition au Ghana. Une défaite, un match nul et une victoire pour 200 dollars. Fadel Suanon, Garel Sossa ou encore Salomon Junior ont quitté leur club professionnel à l’étranger pour venir jouer une compétition régionale pour moins de 200 euros. On sait que le joueur béninois évoluant au pays, pourrait même accepter jouer pour 0 euro, mais encore faudrait-il, qu’il soit prévenu. Les Ecureuils avaient ils été averti qu’ils iront jouer des matchs de Gala à Accra ? Quelle est la responsabilité de la Fédération et du ministère dans ce scandale national ? Que pensent les Internationaux de l’équipe A de cette situation ?
Début novembre 2013, les Ecureuils rentrent de la Cote d’Ivoire avec le titre de vice-champion de l’UEMOA. Les protégés du duo Latoundji-d’Almeida auraient pu offrir un meilleur cadeau au néo bureau de la FBF, si dame chance ne les avaient pas abandonné au tir au but. Dans la foulée, le président de la FBF, Augustin Ahouenvoebla, annonce que le tournoi de l’UFOA était son prochain objectif. La Fédération promet aussi aux joueurs de leurs payer la prime de vice-champion, une fois arrivés à Cotonou. Les Ecureuils recevaient à chaque match gagné en Cote d’Ivoire, 100.000fcfa et 50.000fcfa comme prime de port de maillot et bien évidemment ils ne reçoivent rien en cas de défaite. Ils ont été bien naïfs de penser que ce tarif serait appliqué à l’UFOA.
La FBF malhonnête avec les joueurs

Le ministère des Sports avait déjà annoncé son incapacité à pouvoir financer le tournoi de l’UFOA. S’il ne tenait qu’à l’Etat béninois, le Bénin n’aurait pas participé à cette compétition. La Fédération savait qu’elle venait d’arriver, et qu’elle n’avait pas intérêt à rater de si tôt une compétition. Le président Ahouenvoebla et sa Fédération se sont alors engagés à prendre en charge les frais dans le cadre de cette compétition. Les vice-champions de l’UEMOA pensaient avoir au pire, les mêmes primes qu’en Cote d’Ivoire. Ils iront d’abord jouer la Libye en Tunisie sans rien percevoir. Ils seront ensuite soulagés à leur arrivée à Kumassi, où ils recevront 200 dollars comme prime de campement. A ce moment-là, ils ne se doutaient pas qu’ils recevaient ainsi la prime de compétition.
Après cette prime de campement, deux matchs joués, et toujours rien. Les grèves et menaces de grève ne leurs apporteront rien. Ils ont attendu toute la soirée du samedi, l’arrivée du président Ahouenvoebla. Il n’est jamais venu. En fait, la Fédération n’a pas les moyens financiers pour participer à cette compétition, et elle le savait apparemment depuis le début. Ils n’ont pas eu assez de couilles pour dire au joueur que cette compétition ne sera pas financée. Salomon Junior (Venu du Nigéria), Garel Sossa (venu du Libéria) et Fadel Suanon (de la Tunisie) ont quitté leur club pour venir faire du bénévolat.
Perte de crédibilité !
Ils sont nombreux, ces joueurs béninois qui ne veulent pas jouer pour le Bénin à cause de ces scandales. Beninfootball discute avec certains qui préfèrent se consacrer à leurs clubs, parce que au final dans ces conditions, quand il y a contre performance, c’est les joueurs et leurs familles qui subissent les premières conséquences. Certains joueurs ont fait des prêts avant de quitter Cotonou, pour permettre une autonomie financière à leurs familles en leur absence. Ils comptaient sur les primes de cette compétition pour les rembourser à leur retour. Ne soyez pas étonné que les Hommes qu’ils sont, parlent moins de football en ce moment, mais du nerf de la guerre. Bien heureux ces joueurs qui n’ont pas été retenus dans la liste finale pour l’UFOA, pourrait on dire.
Malgré cela, nos ambassadeurs ont battu (1-0) le Ghana pour leur second match et ont fait un match nul (2-2) face au Burkina Faso. Des résultats en somme positifs réalisés avec moins de préparation et de motivations devant des nations mieux structurées en matière de football. Imaginez le rendement si les joueurs travaillaient dans les bonnes conditions.
Les joueurs doivent être payés

On peut jouer sur la naïveté des joueurs, mais pas sur celui de tout un peuple. Nos ambassadeurs doivent recevoir leurs primes. Certains joueurs de l’équipe A, joint hier par Beninfootball n’ont pas caché leurs amertumes : « Si ces joueurs font une contre-performance, on dira qu’ils sont nuls… les gens ne savent pas ce qu’on endure quand on vient en sélection…Si ça arrive avec nous, c’est grève direct, eux même le savent… et si c’est la politique de la nouvelle Fédération, nous on ne viendra plus jouer… Déjà le match du Rwanda, c’est à cause de Omar, si on est venu… ce serait un calvaire si cette nouvelle Fédé n’apporte pas le changement ». Monsieur le président Ahouenvoèbla, le peuple veut croire en vous, les joueurs aussi, donnez les leurs primes.

 

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

2 commentaires sur “Ahouenvoebla décrédibilisé ?”

  1. Je s8 2 l’avi 2 l’oteur 2 cet article. Il di ke la fédé a dè dificulté financière a l’1possibl nul nè tenu lè joueur ont bocu a gagné en jouant ce tournoi ce nè pa forcemt l’aspè financier vs savé b1 2 kw je pal je s8 pa entr1 2 defendre la fédé mè dit mw le buro 2 Andjorin a t-il jamè payé 2 o joueur ? Kant le ministère di kil na pa lè moyen sè fini pr lè cmpétition sè pa b1 l’image 2 notre foot ns venons 2 travèsé une criz lè gens st entr1 2 fè pr relancé notre foot….

Les commentaires sont fermés.