Tournoi de l’UFOA : Les dernières nouvelles des Ecureuils.

Réunion avec les dirigeants de l'UFOA B
Réunion avec les dirigeants de l’UFOA B (Source image: Perez Lekotan)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dernières informations qui nous parviennent de Kumassi ne sont pas plus gaies, que les précédentes. Les Ecureuils menacent de faire à l’UFOA, le coup réalisé par le Niger à L’UEMOA et dans le même temps le président de la FBF séjourne à Kumassi sans les rencontrer.

« Toujours rien » disent ils quand on leur demande comment la situation évolue. Deuxième de leur poule, les coéquipiers de Rock Durand affrontent ce soir le Togo en match de classement. Une rencontre que les joueurs ne comptent pas disputer : « Ce n’est pas sur qu’on joue ce match » répondent ils.

Les Ecureuils apaisés par l’UFOA

Les joueurs ont reçu hier une visite de quelques membres du bureau dirigeant de l’UFOA. Ces autorités sont parties s’entretenir avec nos ambassadeurs pour les persuader de ne pas boycotter le match face au Togo. Les coéquipiers de Lazadi se sont entretenus avec ces cadres du football africain, sans avoir apparemment une solution. Il est quand même utile de saluer cette visite de ces dirigeants qui ont sans doute voulu par cet acte, envoyer un message à leur compatriote béninois de la FBF.

Ahouenvoebla repart de Kumassi, sans rencontrer les joueurs.

Le président de la FBF, l’honorable Augustin Ahouenvoebla, était à Kumassi hier dans le cadre de l’élection des membres de l’union des Fédérations ouest africaine B. Les Ecureuils qui s’attendaient à une visite de leur président, apprendront plus tard dans la soirée que ce dernier était déjà à Cotonou. Cette information n’aura pas arrangé le moral des joueurs : « Nous avons des problèmes de prime, on menace de grever et quand le patron du football de notre pays vient dans la même ville que nous, il ne pense même pas à nous apaiser ».

L’honorable avait sans doute un programme chargé et des raisons valables pour ne pas rencontrer « ses » joueurs, mais quand un père envoie son fils à l’extérieur et qu’il manque de moyens financiers pour le soutenir, le minimum qu’il puisse faire serait de le soutenir moralement. Une visite du président à « ses protégés » hier aurait été plus sage.

En attendant, les Ecureuils décideront surement aujourd’hui s’ils joueront le match de la troisième place.

Notre Avis : Salomon Junior et ses coéquipiers doivent jouer cette rencontre. Ils y sont déjà, ne pas jouer ce match n’y changera rien, surtout que leurs grèves et menace de grève n’affectent visiblement pas le président de la FBF. Et qui sait ? L’UFOA a sans doute prévu une prime pour la troisième place, c’est déjà mieux que rien.

Laisser un commentaire intéressant par facebook!